Bourdais revient sur son éviction

Publié le par Fab

 

Sébastien Bourdais est revenu sur sa collaboration chez Toro Rosso, où il n’a jamais su démontrer ses qualités au volant d’une monoplace peu adaptée à son pilotage. S’il comprend pourquoi il a été évincé, il n’accepte toujours pas la manière.
 
Sébastien Bourdais, désormais loin de son aventure en Formule 1 avec Toro Rosso, a repris gout à la victoire en Superleague Formula. En deux week-end de compétition, à Estoril et à Monza, le Français a été désigné vainqueur à chaque fois, malgré son inexpérience dans la discipline. Après ses victoires, le Français est revenu sur son aventure au sein de la Scuderia Toro Rosso.

« Ca aurait pu vraiment bien se passer », a confié le Manceau à 422race.com. « Au début, avec la STR2, je me souviens que les gens disaient ‘Bourdais doit être bon, puisque nous savons que Vettel est bon’. Puis la STR3 est arrivée, une voiture que je ne parvenais pas à conduire, alors que Vettel flambait. Comme la voiture était rapide, il n’y avait rien à dire. Il m’a impressionné, je ne pouvais rien faire. Tout le monde disait ‘Bourdais est nul’. Ils avaient oublié ce que j’avais fait en début de saison. »


Sébastien reconnaît que, sur un plan technique, cette version de la Toro Rosso ne lui convenait pas. « C’est une combinaison de choses, du choix de la suspension arrière à celui de l’aérodynamique. C’était une voiture sous-vireuse dans les virages à haute vitesse et très survireuse dans les virages à basse vitesse. Je ne pouvais pas conduire comme ça, j’ai besoin d’un arrière stable et bien équilibré en entrée de virage. Quand nous voulions fixer l’arrière dans les virages lents, nous augmentions le sous-virage à haute vitesse. C’était très frustrant, nous ne pouvions rien faire car nous ne développions pas la voiture. Evidemment, le pilote en F1 est toujours responsable. »


Après une fin d’année 2008 difficile et riche en désillusions, le Français a finalement conservé son baquet chez Toro Rosso. Mais 2009 n’allait pas s’inscrire sous les meilleurs auspices. « La STR4 est finalement la voiture avec laquelle j’ai eu le plus de difficultés et le pire temps de conduite. » En outre, au delà d’une conduite difficile, le pilote savait que sa situation était instable. « Ils avaient déjà l’intention de me remplacer à la mi-saison, parce que les résultats ne correspondaient pas à leurs attentes. »


Malgré son éviction, le pilote reconnaît que la décision de Toro Rosso de le remplacer suivait une certaine logique.
« C’est évident que vous êtes tenté de mettre dans le baquet (en cours de saison) un pilote que vous pensez utiliser la saison prochaine, en raison du manque d’essais. Je peux comprendre pourquoi ils ont fait ça. »


Par contre, le Français, s’il se montre compréhensif, n’a toujours pas digéré la façon dont il a appris la nouvelle. « Je ne peux pas être d’accord avec la manière employée, parce qu’informer le pilote, en discuter avec lui et trouver un arrangement est une chose. Mais mettre la presse au courant de ça -ce qui fait que quand vous atterrissez à Francfort, vous avez des messages sur votre téléphone portable qui vous disent qu’internet est rempli de nouvelles qui annoncent que c’est votre dernière course- ce n’est pas une chose à faire. »


Après cette éviction, le Français pense que Toro Rosso devrait changer son mode de fonctionnement. « Je ne suis pas le premier pilote traité de cette façon par Toro Rosso, malheureusement. Vous pensez que les gens apprennent de leurs erreurs mais, en fait, ce n’est pas le cas. » En conclusion, le Français ne peut que regretter les circonstances de cette fin avortée en Formule 1.

« C’est la dernière impression laissée qui compte et c’est un peu triste. Les gens oublient trop souvent que les 20 pilotes en Formule 1 font partie des 30 meilleurs pilotes du monde. Vous n’arrivez pas en F1 par chance. Peut-être qu’il y a des exceptions. Mais quand vous avez gagné des championnats, que vous avez un palmarès, c’est que vous n’êtes pas là par chance. Vous êtes là parce que vous avez du talent. Je pense que c’est la pire chose en F1. Ils regardent juste les résultats, parce que c'est la seule chose qu'ils peuvent mesurer. »


SOURCE :

Publié dans Actus

Commenter cet article

Mister GP 09/10/2009 17:06


Bourdais se trahit lui même dans cette interview! Il dit à la fin qu 'il y a peu ou pas d'exception pour les pilotes sui sont présent en f1! Que ces pilotes en question sont la car ils ont du
talent! or le problème c'est qu'il n'a pas réussi a conduire la torro rosso 2008 ou 2009! Donc avait il sa place? bonne question!

Plus sincérement, des que sa va mal avec lui c'est de la faute de la voiture mais il ne se remet jamais en questions! et puis il gére trés mal la pression car partout sauf en f1 il gagne! c'est
dommage car c'est le talon d'achille des sportifs français toutes disciplines confondus! ils sont faible sur le plan psychologique!


Fab 09/10/2009 21:24


je pense qu'il a été plus évincé de chez toro rosso du à son comportement, plus qu'à son talent...Pas sur qu'il puisse revenir en F1...Le paddock n'aime pas trop les pilotes qui se
plaignent de leurs voitures (n'est-ce pas M.Kubica ??)